01/01/2006

Bienvenue à Langlade !





Voici un blog sur Langlade, qui a pour but de promouvoir ce magnifique village vaunageol, tout près de Nîmes, dans le Gard.

C'est un village chargé d'histoire et très riche culturellement.

Vous trouverez sur ce modeste blog, la situation, les données générales, l'histoire, les lieux à voir de Langlade.

Egalement, une présentation succinte de cette "micro-région" qu'est la Vaunage était indispensable.
De même qu'un rappel sur le Vin réputé du "Vieux Langlade" et sur les Coteaux du Languedoc en général...

Bonne visite et peut-être à bientôt en Vaunage et à Langlade !


Nicolas Cadène.


18:54 Publié dans Bienvenue | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : Tourisme

29/12/2005

Présentation de la Vaunage



La Vaunage est un espace constitué de plaines et de collines autour de Nages (connu pour son oppidum) entre Languedoc et Provence et entre Sommières et Nîmes.

Ses communes sont d'est en ouest: Caveirac, Clarensac, Langlade, Saint-Dionizy, Nages-et-Solorgues, Calvisson, Boissières, Saint-Côme-et-Maruéjols, Congénies.

D'après le recensement de 1999, la population de la Vaunage est de 15250 habitants :



Répartis dans ses 9 communes :

Boissières : 485 hab et 333 ha ;

Calvisson : 4725 hab et 2897 ha

Caveirac : 3160 hab et 1479 ha

Clarensac : 2117 hab et 1449 ha

Congénies : 1072 hab et 864 ha

Langlade : 1850 hab et 900 ha

Nages-et-Solorgues : 1350 hab 6et 18 ha

Saint-Côme-et-Maruéjols : 580 hab et 1400 ha

Saint-Dionizy : 401 hab et 641 ha


Les 9 communes de la plaine de la Vaunage ont donc une superficie de 10 000 Hectares.

L'origine de son nom vient de « Vallées de Nages ».

La vallée de Nages est donc une combe creusée dans le plateau des garrigues finissant, où coule le Rhôny.
Cette dépression, encadrée de collines culminant à 200 mètres est quasiment fermée et ne communique facilement avec l'extérieur que par deux passages, l'un à l'est, vers Nîmes, l'autre, au sud, vers Vergèze.

Cette situation géographique confère à cette micro-règion un fort sentiment identitaire.

Ce petit pays à vocation agricole à l'origine, regroupant 9 communes, est tellement imprégné d'histoire qu'on a pu dénombrer plusieurs centaines de sites, gisements, établissements archéologiques sur l'ensemble de ses 10.000 hectares.

Ces vallées sont peuplées depuis plus de 2000 ans.
Quelques oppidums, dominés par celui de Nîmes (peuplé par les Volques), furent bâtis quelques siècles avant JC. L'oppidum de Nages qui a laissé d'importantes traces archéologiques en est aujourd'hui la preuve.

Historiquement, cette région est très marquée par son passé de forte résistance protestante.
De beaux châteaux médiévaux dominent les vallées comme ceux de Villevieille, Sommières ou Boissières.
Les autres « châteaux » sont en fait de très belles bâtisses provençales, des bastides ou de grands mas (comme le château de Calvisson, de Clarensac, le Château Langlade, le Château de Congénies...).



La tradition taurine et camarguaise est très présente dans les vallées.



Le sol est argilo-calcaire et la flore essentiellement de garrigue.
C'est pourquoi c'est aussi une région très viticole, essentiellement au niveau du terroir du Vieux Langlade, terroir prisé depuis le XVe siècle pour ses vins.

Aujourd'hui, cette région est de plus en plus déteriorée par de nombreuses constructions immobilières en périphérie de Nîmes.


Poème sur la Vaunage (Page 30 du livre Voyage autour de la Vaunage de Maurice ALIGER. Imprimerie BENE . 1983) :


"Généreuse et opulente Vaunage,

triplement riche

du fruit de l'olivier,

de vins ensoleillés

et de blonds chasselas ;


Vaunage,

féconde génitrice

de filles-fruits de chair

où tes fils mordent à la vie en des amours de flamme ;


Vaunage,

creuset tout bouillonnant

de brutales passions,

de haines mal éteintes

et de jeux de violence ;


Vaunage,

dévorée d'inextinguibles feux

pour ces taureaux nerveux,

fils farouches et purs

des sauvages palus ;


Vaunage,

turbulente et colorée

toujours illuminée de fêtes,

et autour de toi, se donnant la main,

cette farandole de villages d'or.


Vaunage,

Qui vis adorer et brûler

tant de dieux :

ceux des sources, des bois,

les dieux attiques, ceux de Rome…

et cet enfant de Bethléem.


Vaunage,

déesse-Mère,

nous prosternons nos cœurs

et nous courbons nos fronts

vers ta féconde terre

qui engendra nos corps

et le recueillera ;


Vaunage sacrée,

toi qui détiens,

sous de futiles apparences,

sagesse, harmonie, mesure et savoir,

fais-nous pareils à toi,

maternelle Vaunage,

et donnes-nous,

souriante et profonde,

ta lumineuse Paix."

16:45 Publié dans La Vaunage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Tourisme

Le domaine viticole



La vigne est une culture traditionnelle en Vaunage et son développement remonte aux Romains.

Le Roi René (dernier des Princes d'Anjou, régnant sur la Provence, la Loire, la Lorraine, l'Italie, l'Europe Centrale), installé à Tarascon, et d'autres Seigneurs étrangers venaient déjà s'y approvisionner.

Puis, par un édit du 10 novembre 1696, Louis XIV accorda à Langlade des armoiries « d’Argent à trois échalas de Sinobre », confirmant la notoriété dont jouissaient les vins de Langlade auprès de la Cour Royale.



L’implantation du vignoble langladois atteignaient 140 hectares en 1652.

À l’aube du XIXe siècle, le vignoble occupant 70 % de la culture, devient culture dominante : 600 hectares de vignes à petit rendement.

Entre 1873 et 1876, le phylloxéra, petit insecte venu d’Amérique, attaque les racines de la vigne et entraîne la destruction complète du vignoble.



Alors, en 1882, la replantation commence notamment avec Henri-David et Antoine (Tony) Dombre (Maire du village et fondateur de la cave du Château Langlade) pour atteindre 200 hectares en 1904, essentiellement en plaine et coteaux. La replantation est ensuite reprise par les familles Boissier, Hutter, Dufes-Martin (désormais Van Der Bent) et Sarran-Cadène (descendants des Dombre).



Le vignoble d’antan se reconstruit donc peu à peu et aujourd'hui, le vignoble de Langlade s'étend largement sur ce terroir historique du "Vieux Langlade" en garrigue, avec ses sols pierreux brûlés de soleil, ses senteurs de chênes verts et de genévriers.

C'est ainsi que la production issue du Vieux Langlade est encore louée par des chants provençaux.